J'aboie, à l'aide!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

J'aboie, à l'aide!

Message  Valérie le Ven 1 Mai - 23:11

« J’aboie... A l’aide ! J’me sens perdu quand je suis seul... »
Voici une autre expression sonore du chien : celle de la détresse.

Les aboiements d’un chien laissé seul à la maison sont une nuisance pour la famille elle-même et son voisinage. Pas toujours bien compris comme vivant une réelle détresse, l’aboyeur vocalise son désarroi face à une solitude qu’il ne sait pas gérer émotionnellement. Des malpropretés ou des destructions (autres formes d’expressions de la même détresse) pouvant parfois s’ajouter aux vocalises.
Pourquoi certains chiens aboient-ils quand ils sont seuls et les autres pas ?
Les « racines du mal » sont souvent dans le jeune âge de l’animal, et les conditions que l’on a pu lui offrir ou pas, de découvrir assez tôt qu’il pouvait survivre décollé de ses êtres d’attachement.
Un chiot propulsé dans l’univers de la famille qui l’accueille est un petit être qui vient de perdre les seuls repères de vie sur lesquels il s’était construit en quelques semaines : sa mère, sa fratrie, ses éleveurs (dans les bonnes conditions d’élevage !)
Après le stress d’un voyage en voiture et la découverte de la « nouvelle planète » où il débarque, le chiot n’a d’autre choix que reporter sur son nouveau groupe, l’attachement qu’il avait pour l’ancien.
Et le voilà qui colle aux talons de ses nouveaux maîtres, ravis eux-mêmes de susciter un si bel attachement !
C’est ce vif désir mutuel d’échanges et de contacts, que l’on devra vite gérer adroitement, pour initier le chiot (avide autant que nous de présence) à un peu de solitude. Cela passe d’abord par faire naître sa confiance, et sur cette base d’assise, on pourra orienter le chiot vers un apprentissage du « vide effrayant » de l’absence de ses nouveaux êtres d’attachement.
Les premières nuits d'un chiot sont à bien gérer
Ce sont les premières nuits qui sont très difficiles pour le chiot, qui généralement vocalise sa détresse s’il est isolé sans aucune transition. Pleurs et aboiements auxquels on finit par céder, parce qu’insupportables la nuit aussi bien pour le voisinage que pour soi-même. Or, céder aux vocalises du chiot, lui apprend maladroitement qu’il faut aboyer pour obtenir !
Bref : pour ne pas précipiter un chiot dans un désarroi bien légitime, ne le laissons pas seul dès le lundi matin, quand on est allé le chercher à son élevage ou dans un refuge le samedi ! Organisons méthodiquement notre avenir avec lui pour une commune tranquillité.
1er temps : Initier la confiance
Le désarroi d’un très jeune chiot de 2 mois est très atténué, s’il reste dormir les premières nuits près de la chambre de ses maîtres (dans son panier et non dans le lit). Le fait de n'être pas isolé le rassure, il peut dormir (et ses maîtres aussi !) Pas de déambulations anxieuses en semant ses déjections partout, pas de pleurs ou hurlements...
Cette situation doit être provisoire, et il faudra savoir instaurer une distance en éloignant le panier jusque dans une autre pièce, pour assurer le futur bon équilibre du petit animal. (…)
2è temps : Initier à l’absence
Parallèlement, lorsqu’on est présent en journée à la maison, on peut vaquer à quelques courtes occupations dans une pièce en maintenant le chiot dans une autre, afin de l’exercer à la solitude. Le temps de prendre une douche, aller aux toilettes ou passer un coup de fil, on peut ignorer complètement les éventuels pleurs ou aboiements (à ces heures, ils sont supportables par le voisinage). Seulement quand le chiot est calmé, on réapparait sans en faire un événement, donc sans lui prêter attention. Petit à petit on allonge le temps passé dans les autres pièces, puis plus tard on peut même sortir pour de petites courses. Le chiot se familiarise ainsi progressivement au banal de ces calmes allées et venues, et constate que les absences sont toujours suivies de retours (surtout sans spéciales effusions de joie !)
Quand il sait un peu rester seul sans stress en journée, c’est le moment d’ éloigner son panier s’il était proche de la chambre, et s’il y a quelques aboiements, il faudra les ignorer absolument.
Pas de « chut » ni de « ça suffit ! » à ce stade, il doit avoir déjà observé qu’il ne lui sera pas répondu et il se calmera vite.
Dans le quotidien de la relation, en s’abstenant de répondre aux diverses sollicitations de caresses ou de jeux du chiot, mais en étant soi-même à l’initiative de tout échange et sans abuser des contacts avec lui, on évite qu’il soit d’autant plus en manque quand on s’absentera.
L’objectif d’avoir un chiot (et plus tard un chien) paisible quand il est seul, passe par ne pas être constamment en interaction et « collage » avec lui quand on est présent, ce qui est souvent l’inverse de ce que pratiquent les maîtres qui s’éloignent de nombreuses heures pour leur travail ! Un animal nourri de constantes interactions en notre présence, est d’autant plus soumis au vide immense et brutal produit par notre absence !
A retenir
Surtout, ne jamais sanctionner un chiot qui gémit ou aboie comme il est encore souvent conseillé, par exemple en le « secouant tenu par la peau du cou, soi-disant comme sa mère » ! Un chien ne fait cela que pour tuer une proie! Ce serait donc bien plus que l’agresser sévèrement.
J’en profite pour souligner que toute brutalité sur un chiot et plus tard sur un chien, est une bien piètre et méprisable technique d’apprentissage ! A part faire passer sa colère sur lui, on ne lui apprend pas un autre comportement que celui pour lequel on le rudoie. J’ajoute qu’il ne faut pas hésiter à considérer comme nuisibles, les personnes qui avancent de tels conseils ! A méditer également sur l’usage de collier anti aboiement... outil qui se révèle bien abusif sur un chien en train d’exprimer une détresse !
Le comportementaliste aidera s’il le faut, pour conduire ce travail d’organisation avec un chiot ou de réorganisation du quotidien avec un adulte, qui ne sait pas gérer sa solitude.
Texte publié dans la revue Atout chien n° 249 de novembre 2006

Valérie

Messages : 1722
Date d'inscription : 17/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum