Bénévole, un véritable engagement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Bénévole, un véritable engagement

Message  Valérie le Lun 20 Avr - 2:52

Comment devenir bénévole?
Un jour, on pousse la porte d'un refuge dans la seule intention d'y adopter un chien ou un chat. Et puis, devant la détresse qu'on lit dans les yeux de tous les autres, on a bien envie, nous aussi, de faire quelque chose pour eux.
Etre bénévole : un véritable engagement
Quels que soient votre âge, votre formation, votre nationalité, que vous soyez un homme, une femme, un enfant... salarié ou sans profession, retraité ou chômeur, vous pouvez être bénévole au sein d'un refuge.
La seule condition est de n'avoir jamais eu de problèmes avec la justice. Un extrait de casier judiciaire peut en effet vous être demandé.
Mais avant de vous décider, réfléchissez. On ne devient pas bénévole dans un refuge sur un simple coup de tête.
Il ne doit pas s'agir d'une "passade", même si vous n'avez que quelques heures à offrir.
Si être bénévole signifie faire quelque chose de bonne grâce (du latin benevolus, qui veut dire bienveillant), c'est aussi un engagement vis à vis du refuge qui doit pouvoir s'organiser, mais surtout des animaux. Soyez responsable dans votre démarche.
Pour les moments que vous aurez choisi d'accorder au refuge, vous allez devoir vous astreindre à une certaine régularité.
Les animaux vont en effet s'habituer à votre présence. Et ils compteront sur vous. Il ne faut pas leur faire faux bond ! Si par exemple vous pensez venir tous les Samedis, ce doit être tous les Samedis.
Demandez-vous aussi si vous avez le sens du groupe. Vous allez en effet devoir vous intégrer dans une équipe déjà constituée : salariés (dans le cas de grandes structures associatives) ou bénévoles d'âge et de caractères divers. L'entente au sein de l'équipe participe au bien-être des animaux. N’oubliez pas que vous êtes là pour eux !
Proposez vos services au refuge de votre choix. Pour connaître les plus proches de chez vous, il vous suffit de contacter la Direction des Services Vétérinaires ou la gendarmerie de votre lieu d'habitation.
Un responsable du refuge vous proposera un entretien destiné à faire apparaître votre motivation et d'éventuels points de divergence : ainsi, il se peut que vous ne soyez pas tout à fait d'accord avec l'organisation du refuge ou avec ses pratiques.
A vous de voir si la situation des animaux accueillis passe avant votre point de vue "philosophique".
Ne considérez pas non plus le bénévolat auprès des animaux comme une thérapie personnelle : ne croyez pas trouver dans cette activité la réponse à vos éventuels problèmes.
C'est parfois le cas de personnes perturbées psychologiquement, qui peuvent en arriver à maltraiter des animaux, ce qui est évidemment inacceptable.
Si vous êtes hypersensibles, attention : vous allez être confrontés à une dure réalité et prendre la mesure de votre impuissance (relative). Vous devez savoir qu'au contact de la misère animale, vous pouvez être encore plus fragilisés, au point de devoir abandonner du jour au lendemain. Il faut arriver à dépasser le stade de l'attendrissement pour mettre toute son énergie au service de la protection des animaux. Ce n'est pas toujours facile et tous les bénévoles, même les plus opiniâtres ont eu des moments de découragement.
Des tâches variées
Le travail à effectuer, s'il est des plus varié, est souvent peu glorieux.
C'est principalement de l'entretien : nettoyage et réparation des locaux pour les animaux, préparation de leurs repas, récurage des gamelles. Vous pouvez aussi les promener.
Vous ne serez pas concernés directement pas la santé des pensionnaires. Vous signalerez bien sûr toute anomalie de comportement, appétit, entrain... et un membre plus aguerri de l'équipe vérifiera si vos inquiétudes sont fondées, avant de faire appel à un spécialiste. Mais tout ce qui est relatif aux soins vétérinaires est en effet interdit aux bénévoles et reste du domaine des experts.
De même, le contact et la manipulation d'animaux pouvant présenter un caractère dangereux ces activités ne vous sont pas accessibles si vous êtes bénévole, car ils peuvent mettre en cause votre santé ou votre intégrité physique. Ces tâches sont du ressort des spécialistes animaliers.
En revanche, le refuge peut vous demander un travail administratif comme l'accueil du refuge ou le standard. (...)
Si vous avez certaines aptitudes, innées ou acquises, dans certains domaines, elles peuvent être appréciées et vous pourrez avoir l'occasion de les mettre en application. Ainsi si vous jardinez, ou connaissez bien la comptabilité.
Mais n'arrivez pas avec une idée déjà arrêtée sur ce que vous allez faire dans le refuge. Celui-ci fonctionnait avant votre arrivée même si la répartition des tâches est généralement tributaire de l'urgence. (...)
Certaines tâches peuvent parfois être moins aisées à exécuter.
Ainsi en est-il lorsque l'on doit recevoir une personne qui vient abandonner son animal au refuge. C'est la raison pour laquelle, dans certaines structures il existe un bâtiment à part, le service "abandon", tenu par des personnes spécialement formées à ce genre d'entrevues.
Enfin il ne vous est demandé aucune expérience particulière du contact animalier, celle-ci s'acquérant sur le terrain au fil du temps.
De la bonne volonté, de l'énergie, de la persévérance, le sourire et bien évidemment l'amour des animaux, sont les principales qualités du bénévole dans un refuge.
Extrait de la revue 30 Millions d'Amis (Février 2001) - Texte de Sylvie Lemaître

Valérie

Messages : 1722
Date d'inscription : 17/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum