Adoptions mode d'emploi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Adoptions mode d'emploi

Message  Valérie le Dim 13 Avr - 21:07

Avant que les bénévoles promeneurs ne mettent en place une équipe en charge des adoptions à Maurin puis à Noé, les chiens du refuge restaient jusqu’à 8 ans en cage, certains y finissaient même leur vie ! C’est encore le cas dans les refuges où les « bénévoles promeneurs en charge des adoptions » n’ont pas d’équivalent. Depuis 12 ans, grâce au travail des filles, les chiens de Noé ne font au pire "qu'un an" de cage. Les bénévoles en charge des adoptions de Noé accueillent les visiteurs pour les aider à choisir un chien : c’est à dire en les conseillant au mieux parce qu’elles connaissent les chiens du refuge. Elles les baladent, les câlinent, en parlent entre elles, les regarde vivre. Elles savent mettre le bon chien au bout de la bonne laisse.
Il y a une baisse nationale des adoptions en France et à l’inverse de plus en plus de chiens abandonnés. Grâce à au travail des bénévoles promeneurs en charge des adoptions à Noé, non seulement la baisse est limitée par rapport à d’autres refuges où la situation est bien pire, mais en plus les adoptions sont de qualité.

Un chien dans un refuge ne se choisit pas comme un objet dans une vitrine, on parle d'un être vivant et de nombreux paramètres rentrent en ligne de compte. Alors les filles posent des questions :

- sur le lieu où l’animal va vivre, car certains chiens ont besoin d’un jardin,

- sur la composition de la famille, car certains chiens ne seront pas à l’aise avec des enfants,  sur le temps qui sera consacré à l’animal parce que 10 minutes par jour ce ne sera pas suffisant,

- si il y a d’autres animaux, parce que le chien qu’ils ont vu ne s’entend peut-être pas avec les chats, ou les autres chiens,

- sur ce que les gens feront au moment des vacances, c’est à dire qui va garder l’animal si ils ne l’emmènent pas…

- Etc…

Des questions dont les réponses sont déterminantes pour faire le bon choix ! Les bénévoles ont un objectif : le bien-être du chien tout en satisfaisant, dans la mesure du possible, la demande des adoptants.

Parce que les filles font de la protection animale et qu’il s’agit d’un refuge et non d’une animalerie, il peut leur arriver de refuser une adoption. Par exemple :
Refuser de placer un chiot labrador de 3 mois à une personne âgée, ce n’est pas de la discrimination mais de la protection animale. Un chien adulte, moins demandeur d’énergie et de sorties ou de jeux, plus calme, et qui ne risque pas de la faire tomber, sera plus adapté.

Refuser de placer un chien à une entreprise qui recherche un système d’alarme et refuse la visite pré adoption demandée par les filles, ce n’est pas de la discrimination mais de la protection animale. Parce que si on ne peut pas voir sur place dans quelles conditions le chien va vivre c’est suspect.

Refuser de placer un chien pour un cadeau d’anniversaire ou pour Noël, ce n’est pas de la discrimination mais de la protection animale. Un chien n’est pas un objet et peut être une mauvaise surprise, sauf si l’intéressé est au courant et demandeur du « cadeau ».

Refuser de placer un chien à un jeune qui veut « faire vigile », mais qui a besoin d’un chien pour postuler, ce n’est pas de la discrimination mais de la protection animale. Si il n’est pas embauché que va-t-il faire du chien ? Par la suite si il décide de changer de job que va-t-il faire du chien ?

Refuser de placer un chien pour garder un potager où il sera enchainé toute sa vie, on en connaît plusieurs dans ce cas, ce n’est pas de la discrimination mais de la protection animale. Ce n’est pas une vie pour un chien de voir des humains uniquement pendant les beaux jours ni de rester attaché 365 jours par an, et l’hiver ?

Refuser de placer un chien à un chasseur qui vient uniquement chercher un chien à petit prix pour augmenter sa meute, ce n’est pas de la discrimination mais de la protection animale. Sortir d’une cage de la SPA pour un enclos miteux ce n’est pas ce dont on rêve pour nos chiens. Il y a de bons chasseurs, de ceux qui soignent leurs chiens et qui les aiment. Mais ils ne sont pas nombreux.

Refuser de placer un chiot à des gens qui travaillent et qui sont absents de 8H le matin à 19H le soir, ce n’est pas de la discrimination mais de la protection animale. Un chiot et aucun chien d’ailleurs, ne peut vivre en appartement aussi longtemps seul, sans s’ennuyer, ni se retenir et faire des bêtises. C’est un retour au refuge assuré : il détruit tout, il n’est pas propre etc…

Refuser de placer un chien à une famille dont on voit bien que les enfants sont rois, à qui tout est permis y compris de prendre le chien pour un jouet, ce n’est pas de la discrimination mais de la protection animale. Parce qu’on sait bien que le petit dernier va enfoncer un crayon dans les oreilles pour voir si c’est profond, ou bien lui sauter sur le ventre dans son panier et le surprendre, alors le chien va mordre et revenir au refuge pour y être euthanasié parce qu’il aura mordu.

Refuser de placer un chien à une personne dépressive qui s’imagine qu’adopter un chien va régler ses problèmes, ce n’est pas de la discrimination mais de la protection animale. Un chien n’est pas un médicament.

Refuser de placer un Berger Australien à des gens qui veulent uniquement ce chien là parce qu’il est  beau comme dans la pub, ce n’est pas de la discrimination mais de la protection animale. Il s’agit d’un chien de travail qui a besoin de se dépenser et qui ne se contentera pas de faire joli dans le salon. C’est un chien vif, adapté à des maîtres sportifs et avec un gros caractère sous ses airs de peluche. Pas un chien pour faire la déco.

Refuser de placer un chien à un jeune de 25 ans qui dit qu’il a déjà eu plein de chiens, ce n’est pas de la discrimination mais de la protection animale. Un chien vit en moyenne 10 ans, qu’en a-t-il fait ?

Etc……

Il y a toutes sortes de visiteurs dans un refuge, c’est le reflet de la société. Il y a des gens bienveillants, mais il y a aussi les autres. C’est une grande responsabilité de confier un chien à des adoptants, et ce n’est pas parce que ce sont des « chiens de personne » qu’il faut les laisser partir avec « n’importe qui » dans « n’importe quelles conditions » le tout sans trop se poser de questions.
A chaque adoption il faut se demander si on confierait son propre chien aux visiteurs avec qui on discute. Et si jamais on a un doute sur les motivations de l’adoptant, ou le bien-être de l’animal, il faut refuser l’adoption, dans l’intérêt du chien parce que ce n’est pas de la discrimination mais de la protection animale.
Les bénévoles promeneurs en charge des adoptions passent beaucoup de temps à chercher des solutions que ce soit au téléphone ou sur le web via différents sites, elles se relaient toute l’année, tous les jours pour assurer une permanence au refuge. Elles font un travail énorme et quotidien pour trouver une famille aux chiens du refuge. Leur bonheur c'est de les voir partir, pas de les garder en cage! Alors quand elles refusent une adoption,  ce n’est pas sans raison : c'est parce qu'elles font de la protection animale.

Valérie

Messages : 1722
Date d'inscription : 17/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum