Que veut-il dire en remuant la queue ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Que veut-il dire en remuant la queue ?

Message  Franck le Lun 30 Avr - 20:26

petit article d'un journal , je ne sais pas si j'ai posté au bon endroit et si ça s'adresse aux hommes aussi clown


Les chiens adressent des messages sonores , olfactifs ou visuels a leur congénères comme a leur maitres .
Mais comment doit-on les interpréter ?
La queue qui frétille , il est content : la queue basse , il se sent coupable ; la queue redressée , il se prend pour le chef...

Le chien en confiance affiche une attitude amicale et sereine lorsqu'il rencontre une personne connue : battements amples de la
queue de droite a gauche , reniflements ...

A nos yeux, la posture de la queue de notre chien en dirait long sur ce qu'il ressent ou tente d'exprimer .Sérieuses , fantaisistes , les interprétations sur le " langage caudale " de Médor n'ont jamais vraiment été étudiées. Ce qui est certains pour chacun d'entre nous , c'est qu'en battant de la queue , le chien communique.

Mais peut-on en déduire qu'a travers le langage de sa queue , le chien exprime son rang social ou sa position hiérarchique , comme certains le suggèrent ? En clair , un chien dont la queue bat sous le ventre est-il soumis ?

En réalité, c'est le contexte et l'ensemble des attitudes du chien qui nous permettent de comprendre les signaux qui nous sont
envoyés , la queue n'étant qu'un élément constitutif d'un message global.On est bien loin du simpliste " queue basse = chien soumis ".




Franck

Messages : 266
Date d'inscription : 23/10/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que veut-il dire en remuant la queue ?

Message  Franck le Dim 6 Mai - 5:59

j'ai reussi a utiliser un logiciel d'ocr pour vous mettre l'article complet ( surement des fautes d'orthographes ) mais l'article est interressant


Les chiens adressent des messages — sonores, olfactifs ou visuels à leurs congénères comme à leurs maîtres,
Intuitivement nous estimons que les battements de leur queue en font partie.
Mais comment doit-onles interpréter?

La queue qui frétille, il est content; la queue basse, il se sent cou­pable ; la queue redressée, il se prend pour le chef... A nos yeux, la posture de la queue de notre chien en dirait long sur ce qu'il ressent ou tente d'exprimer. Sérieuses, fantaisistes, les interprétations sur le « langage caudal » de Médor n'ont jamais été vraiment étudiées, en tout cas pas de manière scientifique et rigoureuse, et la littérature sur le sujet est quasi inexistante. Ce qui est certain pour chacun d'entre nous, c'est qu'en battant de la queue, le chien communique. Mais que peuvent bien signifier ces mouvements ?
Le chien, comme de nombreuses espèces de vertébrés « supérieurs », possède des organes ou appendices qui revêtent des fonctions bien spécifiques. La queue erk fait partie. Moyen de locomotion chez les céta­cés, elle sert aussi à envoyer des messages sonores et visuels aux autres congénères en frappant l'eau. Chasse-mouche chez les ruminants, balancier chez les guépards, elle est très utile chez le chat en cas de chute pour se redresser. Dès 1872, Charles Darwin fit le lien entre la description de la position de la queue de Car 1 15 far-recuis et un contexte particulier. Il décrivit ainsi trois positions principales de celle-ci selon l'état émotionnel du chien ou la situation dans laquelle il se trouve : échine baissée, le corps animé de mouvements de flexion et la queue en position basse, le chien est affectueux »; en position moyennement haute et tenue mais non rigide, l'animal est serein, en compagnie de son maître ; très haute, dressée et rigide, est cri présence d'un congénère hostile. Intuitivement, nous percevons tous le degré de détente » ou de tension de notre animal en fonction de la posture de son organe caudal.

Nous sommes en revanche moins perfor­mants lorsqu'il s'agit de déterminer si les battements qui Pal-limera véhiculent eux aussi des informations et surtout quel mes­sage nous est adressé (le genre de l'infor­mation). En effet, le battement est présent lors de multiples situations : comportement amical, de peur, de soumission... Chez le chien. le fouettement de la queue apparaît précocement, dès l'âge de 17 jours pour certains chiots et jusqu'à l'âge de I mois.
Une communication visuelle

En 2008, des chercheurs étudiant uni­quement les modalités de communication visuelles se sont interrogés sur l'effet des mouvements de la queue chez le chien lors d'interactions. Pour cela, ils ont utilisé un automate de chien dont ils pouvaient déterminer et modifier la longueur de la queue et la fréquence de ses battements. Ils ont montré que les chiens d'une taille iden­tique à celle du robot s'en approchaient plus facilement quand ceIui-ci avait une queue longue et battante, plutôt que lor­qu'il avait une queue longue et immobile. En revanche, ils s'approchaient de la même manière quand le robot avait une queue courte, qu'elle soit immobile ou battante. Cette observation les a amenés à conclure que les informations véhiculées par le bat­tement de la queue sont plus efficacement perçues lorsque celle-ci est longue, et donc parfaitement visible, comme si cet organe de la communication visuelle participait, au même titre que les autres organes, à l'ensemble de la communication posturale.

Des attitudes involontaires
Toutefois, les postures d'appel au jeu ou les attitudes menaçantes que peut adopter un chien peuvent être amplifiées, répétées ou diminuées selon le contexte. Elles sont donc dites volontaires. Les battements de la queue, eux, sont des mouvements involon­taires. Ils sont émis sans que le chien puisse les contrôler, un peu comme les pupilles qui se dilatent, le poil qui se hérisse ou le tremblement du corps en situation de peur. Cette communication visuelle involontaire est souvent plus difficile à lire et à inter­préter par le maitre, bien qu'elle véhicule énormément d'informations.

En 2009, une étude en éthologie a tenté de savoir quel type d'informations le chien envoie cri remuant la queue. Réalisée sur des chiens du refuge AVA (Aide aux vieux animaux), en Normandie, elle a consisté à les mettre en interactions soit avec un humain, soit avec un chien, afin d'obser­ver et de mesurer différents paramètres des mouvements de leur queue. A cette occasion, il a été noté que la fréquence des battements est d'environ deux par seconde en moyenne. Cette fréquence n'est influen­cée ni par la nature du protagoniste (chien ou humain) ni par l'issue de l'interaction (amicale ou hostile). En revanche, elle est d'autant plus élevée que la queue bat en position relevée. Concernant l'amplitude de battement entre les deux situations, celle-ci est plus importante lors d'une interaction avec un humain que lors d'une interaction avec un chien. Néanmoins, on remarque que plus la position de la queue est basse, plus l'amplitude du mouvement est importante. Enfin, la queue bat plus vers la droite lorsqu'un humain approche.

Le chien en confiance affiche une attitude amicale et sereine lorsqu'il rencontre une personne connue : battements amples de la queue de droite a gauche, reniflements...
Lorsque c'est un chien qui s'approche, elle bat à l'inverse plus vers la gauche. On parle alors de mouvement involontaire latéralisé, car le message neurologique qui le produit viendrait d'un hémisphère céré­bral spécifique. En attendant de découvrir la voie neurologique spécifique du bat­tement de la queue, l'asymétrie montrée par cette étude permet de supposer que celui-ci pourrait être régulé par des centres cérébraux liés aux émotions. En effet, les notions de tension et d'état émotionnel sont primordiales dans les paramètres de fréquence, d'amplitude et de port de la queue. Ainsi, on peut penser qu'un animal dans un état de tension important, par exemple lors d'un comportement agressif, soit également dans un état de tension musculaire tout aussi intense qui entraî­nerait une position haute de la queue et des battements rapides de petite amplitude. Ce qui confirmerait que l'état émotionnel est une composante clé pour expliquer les battements de la queue chez le chien.

Des messages différents
Mais peut-on en déduire qu'à travers le langage de sa queue, le chien exprime son rang « social » ou sa position hiérarchique, comme certains le suggèrent? En clair, un chien dont la queue bat sous le ventre est-il soumis Dans l'état actuel des recherches, on ne peut pas répondre par oui ou par non à cette question, car oublier de regarder l'ensemble des attitudes du corps nous prive de beaucoup d 'infcprmatio ns et risque de conduire à des conclusions erronées. voire dangereuses. Prenons l'exemple de deux chiens qui se rencontrent : l'un d 'eux bat de la queue sous son ventre, se laisse tourner autour, renifler, essaie de lécher les babines de l'autre chien. Après quelques secondes, il pourra se mettre à sautiller, puis appeler au jeu son congénère. Dans ce cas, i s'agit de rituels de présentaticpn entre deux chiens qui aboutissent à une séquence de jeu très pacifique. Imaginons maintenant qu'un humain approche un chien dont la queue est également placée sous le ventre. Le chien est acculé dans un coin de la pièce, il tremble, il évite le contact, ses pupilles sont dilatées, il peut même grogner si l'on s'approche encore. Ici, nous décrivons clairement un chien en situation de peur et le danger est réel pour la personne si elle continue à l'ap­procher. Dans ces deux exemples, même si les chiens adoptent les mêmes posture et mouvements de queue, ils n'envoient pas du tout k même message. En réalité, c'est le contexte et l'ensemble des attitudes du chien qui nous permettent de comprendre les signaux qui sont envoyés, la queue n'étant qu'un élément constitutif d'un mes­sage global. On est bien loin du simpliste « queue basse = chien soumis ».



La queue exprime-t-elle la dominance?
I idée selon laquelle le port de queue haut serait celui
d'un individu dominant et le port de queue bas celui d'un dominé est inexacte et peut mener à des situa­tions dangereuses pour l'humain. Le statut hiérarchique d'un individu n'est pas inné et doit étre ramené à une situation précise : ainsi, deux chiens vivant ensemble peuvent partager un repas en ayant des attitudes cor­porelles 'tendues, avec des battements de queue très hauts, puis plus tard, jouer ensemble, cette fois avec des mouvements de queue très amples et des attitudes détendues. Dans ce cas, lequel de ces deux chiens a le plus de tempérament? Lequel est moins sûr de lui ? Une explication plus rationnelle serait de considérer que les expressions corporelles du chien, dont les battements de la queue, sont défi nies par l'état émotionnel immédiat de l'individu et servent à l'exprimer.

Franck

Messages : 266
Date d'inscription : 23/10/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que veut-il dire en remuant la queue ?

Message  Valérie le Dim 6 Mai - 21:27

Merci Franck de faire partager ces infos sur les postures, on se rend compte que finalement on ne sait pas grand chose, pire : certains croient savoir! Dans le même registre, à lire : "Guide pratique du comportement du chien, votre chien vous parle" par Edith Beaumont-Graff et Nicolas Massal. Sans oublier "Le chien un loup civilisé" par Evelyne Teroni et Jennifer Cattet.


Valérie

Messages : 1722
Date d'inscription : 17/04/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

... ou comment apprendre à parler chien ... ;-)

Message  tatjana le Lun 14 Mai - 6:22

Voici un livret qui décrit les différentes postures, signaux d'apaisement du chien, mais aussi comment saluer un chien.
http://www.caniscool.com/E-Books/Education-Canine-en-BD/index.html#/6/zoomed

Bonne lecture !


tatjana

Messages : 57
Date d'inscription : 20/12/2009
Age : 52
Localisation : Villeneuve les Maguelone

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Que veut-il dire en remuant la queue ?

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 9:48


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum